×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Santé

Le coeur des diabétiques en sucre…

Aux Etats-Unis, un tiers des infarctus surviennent chez des diabétiques! Dans le détail, le risque cardiovasculaire est multiplié par 2,5 chez l'homme et par plus de trois chez la femme. Dès 1998, une étude parue dans le New England Journal of Medicine soulignait l'intérêt de prévenir le risque cardiovasculaire des patients diabétiques. Se basant sur plus de 2 000 patients suivis pendant sept ans, l'équipe américaine de l'Université du Texas avait pu déterminer que le risque d'infarctus du myocarde chez un patient diabétique était aussi important que chez un patient non-diabétique, qui en avait déjà été victime.

Si ces derniers sont systématiquement traités pour éviter une récidive, la prévention des autres est surtout basée sur le contrôle de la glycémie, parfois au détriment des autres risques.

L'Organisation Mondiale de la Santé estime que l'on assistera dans le monde à un doublement du nombre de patients diabétiques, qui passera à 300 millions en 2025.

 

Prévenir le risque cardiovasculaire

Pour la première fois, la vaste étude clinique Heart Protection Study conduite sur un traitement de fond du cholestérol (la simvastatine) a permis d'inclure un important éventail de patients à haut risque de maladies cardiovasculaires. Une première analyse des résultats avait pu montrer les bénéfices de ce médicament sur la réduction du risque cardiovasculaire quel que soit le niveau de cholestérol initial.

En se focalisant sur la population particulière des diabétiques (près de 6 000), sans antécédents de maladies cardiovasculaires, il est apparu que les effets de 40 mg de simvastatine quotidiens permettent de réduire le nombre d'événements coronariens d'environ un quart par rapport aux patients du groupe placebo. "Après ajustement lié à l'observance, les chercheurs de l'Université d'Oxford rapportent même une réduction d'un tiers" précise le Pr. Castaigne, de l'hôpital Henri-Mondor.

Globalement sur 1 000 patients diabétiques de 40 ans et plus traités pendant cinq ans, 70 éviteront des crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux ou autres accidents vasculaires majeurs.

 

Identifier les diabétiques à risque

Compte-tenu de ces résultats chez des patients présentant des taux de cholestérol moyens ou inférieurs à la moyenne, la simvastatine a vu ses indications thérapeutiques élargies à la "prévention des complications cardiovasculaires chez les patients diabétiques sans antécédents coronariens ni cérébrovasculaires ayant un haut risque cardiovasculaire avec au moins un des facteurs de risques suivants : hypertension, âge > 65 ans, créatinine élevée, tabagisme (présent ou passé), avec ou sans hypercholestérolémie associée".

Le cholestérol ou les antécédents d'événements coronariens ne sont plus les seules indications de cette statine chez les diabétiques. Les patients avec des taux moyens ou faibles de cholestérol ont également obtenu des réductions du risque de maladies cardiovasculaires d'un quart à un tiers. Ainsi, la commission de transparence de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a ainsi récemment attribué le grade le plus important en terme de service médical rendu à la simvastatine.

Qui devrait bénéficier de ce type de traitement ? Les diabétiques à risque cardiovasculaire élevé. "Nous disposons d'outils pour évaluer le risque cardiovasculaire du patient au-delà de son seul taux de cholestérol. L'hypertension, l'âge, le tabagisme (présent ou passé), ainsi que d'autres marqueurs biologiques du risque cardiovasculaire permettent au médecin de juger du bénéfice d'une telle prescription. Le recours aux médicaments ne dispense bien évidemment pas de l'arrêt tabagique et du contrôle du poids, qui restent les principales règles de la prévention cardiovasculaire" déclare le professeur Bernard Bauduceau, diabétologue du service endocrinologie de l'hôpital d'instruction des armées.

Ecrit par:

David Bême

Ne serait-il pas génial si vous pouviez simplement développer une dent de remplacement au cas où vous perdiez des dents en raison d'un traumatisme, d’une infection, d’une carie ou d’une maladie parodontale? 

Hip Hip Hypnose! ... 

On commencera cette rubrique avec humour. 

En effet, l’hypnose est à la mode, la mode aime l’hypnose et il est difficile de ne pas réagir à la simple évocation du mot « hypnose ». On tend une oreille qui se veut distraite. On pense aux gens qui se rendent ridicules sur scène et on se demande ce que c’est, au juste, cette hypnose dont tout le monde parle. Des amis ont arrêté de fumer ou de se ronger les ongles grâce à l'hypnose, on y croit, on y croit pas. On s'en méfie un peu.

Le déjeuner est un repas important : il permet notamment de faire le plein d’énergie après une nuit de jeûne, d’être plus concentré et d’éviter les rages de sucre. Vous n’avez jamais faim au réveil? Voici quelques pistes de solution!

 

 

1. Évitez les soupers copieux : privilégiez un repas léger et prenez-le idéalement au moins trois heures avant de vous coucher (et ne grignotez pas en soirée!). Selon votre méta-bolisme, il est possible que vous n’ayez pas fini de digérer le matin si vous vous couchez le ventre plein, ce qui explique que vous n’ayez pas faim quand sonne le réveil.  

2.  Apprivoisez graduellement le déjeuner : commencez par exemple par prendre uniquement un jus de fruits, puis bonifiez votre repas au fil des semaines en y ajoutant fruit, yogourt, noix, etc. selon vos préférences. Vous pourrez ainsi vous « reprogrammer » à prendre trois repas par jour.

3. Fractionnez votre déjeuner : au lieu d’essayer d’avaler un repas complet au saut du lit, buvez un jus d’orange en vous levant, mangez des amandes avant de partir et prenez un yogourt en arrivant au travail, par exemple.

4. Levez-vous plus tôt : si vous vous réveillez peu de temps avant de partir, votre organisme n’a peut-être tout simplement pas le temps de sortir du sommeil… et de se mettre en appétit!   Enfin, si l’odeur du pain grillé vous donne la nausée lorsque vous vous levez, songez qu’il y a une foule d’aliments moins odorants — une compote de pomme, par exemple — qui pourraient mieux passer. Bon appétit!

 

Ah, le bleuet! En dessert, en collation ou au déjeuner, ce délicieux petit fruit peu calorique a des bienfaits à revendre! En voici cinq.