×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Pour les vrais amateurs de hockey, on peut dire que la Ligue Nationale offre énormément de divertissement cette saison. On ne parle pas des inconditionnels partisans du Canadien de Montréal qui ne s’intéressent qu’aux performances de ce dernier et qui portent des lunettes roses.

La LNH c’est beaucoup plus que la Ste-Flanelle. Ce sont trente autres équipes à la grandeur de l’Amérique du Nord, du nord au sud et d’est en ouest. Jusqu’ici on peut dire que le paysage a changé de couleur et que les surprises ne manquent pas.

Après le premier tiers du calendrier, sept équipes, qui étaient écartées des séries éliminatoires au printemps dernier, délogent en ce moment sept formations qui avaient mérité le droit de prolonger la saison 2016-2017. Dans certains cas, même les plus mordus n’auraient pu prévoir ce que le sort réservait à quelques-unes de ces équipes.

S’il faut se pincer pour être certain que les Jets de Winnipeg occupent bien le tout premier rang,  il faut peut-être un bain de neige pour croire que les Oilers de Connor McDavid pataugent dans les bas-fonds, au 27ème rang, avec seulement 24 points en 27 matchs, un petit point de plus que Philadelphie et la Floride. Et rien ne laissent entrevoir un redressement soudain de ces trois équipes.

Les Oilers étaient tellement flamboyants l’an dernier, surtout durant les éliminatoires, que tous les analystes leur prédisaient une Coupe Stanley à brève échéance. La crème n’est pas montée à la surface. Avec seulement 11 victoires en 27 départs, l’instructeur Todd McLellan occupe un siège éjectable.

La victoire de 7 à 5 sur les Flames, samedi soir, lui a peut-être valu un sursis. Si les choses ne se replacent pas, on lui montrera la porte plus tôt que tard.

Son collègue Dave Hakstol des Flyers vit aussi sur du temps emprunté. Il pourrait bien devancer McLellan à la sortie. Son équipe vient de subir dix revers en ligne. Avec seulement huit gains en 26 départs, on peut se demander si le directeur gérant Ron Hextall montrera davantage de patience.

Les Flyers jouaient à Calgary le lundi 4 décembre. Une 11ème défaite en ligne fera sauter la marmite, si ce n’était pas fait avant cet affrontement. Les choses ne vont pas tellement mieux à Ottawa. Avant leur victoire à l’arrachée 6 à 5 sur les Islanders vendredi dernier, ils avaient encaissé sept revers de suite en plus de s’incliner à nouveau contre les Jets dimanche. Guy Boucher ne doit pas se sentir très confortable en ce moment à la veille d’un voyage de trois matchs dans l’Ouest. On le sait, lorsque les choses se gâtent chez une équipe, tout sport confondu, l’entraineur est le premier sacrifié. Souvent les directeurs généraux sauvent leurs fesses en congédiant le gars derrière le banc.

 

Les surprises

S’il y a des déceptions dans ce merveilleux monde il y a aussi d’agréables surprises. Si la saison avait pris fin dimanche, sept nouvelles formations auraient obtenu un laisser-passer pour les éliminatoires. Sûrement que la présence des Devils du New Jersey, qui avaient terminé au 27ème rang l’an dernier, représente le revirement le plus surprenant jusqu’à maintenant. Ils occupent le deuxième rang de la division Métropolitaine, un petit point derrière Columbus avec une partie de plus à jouer. Pourtant les Devils ne comptent sur aucun surdoué pour mener la charge. Mais le concept d’équipe semble être respecté par tous, à commencer par le gardien Cory Schneider qui doit être considéré comme l’un des meilleurs du circuit.

Les Jets de Winnipeg et le Lightning de Tampa Bay avaient aussi raté le bal des finissants la saison dernière. Leurs supporteurs sont servis à souhait. Après avoir raté presque toute la saison dernière, Steven Stamkos, avec 37 points dont 11 buts, forme présentement le meilleur duo de la LNH avec  Nikita  Kucherov, qui domine les marqueurs avec 38 points, dont 19 buts.

Pas de doute que le Ligthning et les Jets forment les deux meilleures équipes depuis le début du calendrier. Ils ont chacun 38 points au sommet du classement général.

Il n’est pas nécessaire de chercher longtemps pour expliquer les succès des Jets. Cette formation compte enfin sur un excellent gardien en Connor Hellebuyck, qui était la pièce manquante l’an dernier. La troupe de Paul Maurice est bâtie pour aller loin comme le Lightning. En plus des Devils, Jets, Lightning, on retrouve Dallas, Los Angeles, Vancouver et les Islanders de New York chez les équipes qui prendraient part aux éliminatoires, si la saison s’était terminée en fin de semaine.

Les spéculations abondaient en septembre après la formation des nouveaux Golden Knights de Las Vegas. Il était difficile de déterminer à quel rang cette équipe allait loger. Sa deuxième place dans sa section et la cinquième place dans l’Association de l’Ouest dépassent sûrement les attentes. Ce qui est remarquable, c’est que les hommes de Gerard Gallant ont remporté 13 des rencontres disputées contre des équipes de la Conférence de l’Ouest.

Selon les statistiques, 80% des formations qui détiennent ce privi-lège la journée du « Thanksgiving », atteignent le fil d’arrivée. Le Canadien occupe le troisième rang de la division Atlantique grâce à cinq victoires consécutives. Il possède un seul point d’avance sur les Bruins de Boston qui ont toutefois quatre rencontres de moins de jouées.

Les admirateurs de la Ste-Flanelle sont euphoriques après ce réveil. Mais il faut tenir compte que de ces cinq gains, un seul a été remporté contre une solide équipe, les Blue Jackets de Columbus. Le Canadien a gagné deux fois contre Détroit, une quantité négligeable, une fois sur les Sénateurs, qui étaient en déroute avec sept revers en ligne, et une fois contre la pire formation, les Sabres de Buffalo. On le sait, la division Atlantique est la plus faible de la LNH. Il faudra attendre encore quelques semaines pour vraiment saisir le véritable pouls de la troupe de Claude Julien alors qu’elle affrontera des équipes dominantes.

Une chose certaine, le Canadien a une meilleure formation que de ce qu’elle a montré au cours des 20 premiers matchs. D’ici le congé de Noël de trois jours, dont les joueurs ont maintenant droit, il faudra probablement reprendre à neuf ces propos. De toute évidence, il y aura alors d’autres surprises qui feront autant d’heureux que de mécontents.