×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Êtes-vous tannés d’entendre parler des problèmes climatiques? 
Vous n’êtes pas les seuls! Les historiens, statisticiens, agriculteurs, politiciens, citoyens etc., ne savent où donner de la tête avec le climat extrême qui désorganise le pays d’un bout à l’autre. Les « normales » saisonnières n’existent plus. Qu’on le veuille ou non, nous sommes en plein milieu d’une chaude révolution…

 

En 2011, le Texas a subi la pire sécheresse de son histoire et vécu en 2015, l’année la plus pluvieuse. Le Mississippi, ce fleuve qui traverse le centre des États-Unis du nord au sud, a gonflé à 12 pieds au-dessus de son niveau normal en 2011, et l’année suivante, le niveau a baissé de presque 58 pieds.

À l’extrême ouest, l’agriculture Californienne a vu la mort de près suivant six années de sérieuse sécheresse. Un chaud débat politique marchandait la restriction de la consommation d’eau pour les humains et celle pour les agriculteurs,  alors que le Colorado avait fermé l’écluse d’approvisionnement venant de la rivière du même nom. C’était l’œuf ou la poule et les deux ont eu peur. Puis, cette année, le Nord de la Californie a déjà reçu deux fois plus de pluie que la normale, créant un autre genre de situation pitoyable.

Ces sécheresses/déluges et températures en dents de scie, rendent difficile la gestion des eaux partout au pays et ceci énerve l’US Department of Defense. Pas de doute, la situation pose des risques à la sécurité nationale. 


Le temps d’adaptation

Des 12 années les plus chaudes enregistrées aux É-U, onze se sont manifestées depuis 2003. Au niveau mondial, 2014 à 2016 ont été les années les plus chaudes enregistrées, fracassant record par-dessus record. 

Kevi Trenberth, le scientifique le plus respecté en recherche atmosphérique, explique que l’on peut s’attendre de plus en plus à ces extrêmes (pluies et sécheresses). « L’atmosphère retient environ 7 % de plus d’humidité à chaque fois que la température de la planète augmente d’un degré Celsius » dit-il.

Aux endroits en état de sécheresse, les températures extrêmes causent toutes sortes de phénomènes et les feux s’allument partout.  

On se rappelle que la Floride était sous état d’urgence en avril dernier alors que 111 feux brulaient activement, suivant des conditions de sécheresse extrêmes. Puis, le 5 juin, plus de 10 pouces d’eau s’abattaient dans notre région, brisant des records vieux de 91 ans. Et c’est là que le temps d’adaptation aux situations extrêmes n’est présentement pas possible. Personne ne peut réagir aussi rapidement à un déluge du genre.

La chose que l’on peut affirmer, c’est que nous allons continuer d’entendre parler des changements climatiques. 

Ne faisons surtout pas la sourde oreille!  Restons à l’affut des discussions afin de faire partie des solutions.